critique-de-la-separation-critique-Japon

 

Critique de la séparation des critiques

 

Je suis heureux de vous faire part du lancement d'un nouveau projet qui se nomme "critique de la séparation des critiques". Sous ce nom paradoxal, il s'agit d'une chaîne Youtube sur laquelle je diffuserai mes réflexions sur ce que serait l'appréhension du monde "extraoccidental" dans lequel je m'agite, tout en partageant mes lectures et mes expériences, mais aussi en activant mon travail artistique.


le lien vers la chaîne:
https://www.youtube.com/channel/UCxVzUvlOWj4Ie46Jrm2AVyg

 

C'est une tentative qui prolonge les activités du "palais des paris" et qui s'amuse de ma pratique de peintre. Elle vise aussi à produire un regard critique, et néanmoins subjectif, sur les nombreux énoncés décrivant le Japon, ainsi que sur les notions communément partagées d'une représentation de l'altérité.

Entre d'un côté mon vécu empirique depuis une douzaine d'années au Japon, et de l'autre le discours spécialisé portant sur cette culture, il y a trop souvent un abîme, un gouffre effrayant. Ces ensembles de vidéos sont un début de synthèse qui devrait me permettre de saisir mieux les décalages entre les mots que je peux lire et les phénomènes que je peux observer. Ce tâtonnement laborieux du non-spécialiste que je suis, se déploiera par différents ensembles déclinant une thématique, sans pour autant avoir l'ambition de conclure définitivement sur quoi que ce soit. En d'autres termes, je ne cesserai de me demander s'il vaut mieux séparer les critiques de ce que serait notre culture et de ce que serait la culture d'un autre, ou si au contraire il ne serait pas préférable de critiquer cette même séparation.

La première série de vidéos se déploiera sur la notion de la représentation, celle d'un nous ou d'un autre. Il y aura huit épisodes d'une vingtaine de minutes qui seront mis en ligne à raison d'un par semaine.

 

 

Critique de la séparation des critiques saison 1

 

L' "épisode 1-1" rend hommage au film de Guy Debord, Critique de la séparation et se demande pourquoi Roland Barthes en écrivant le livre L'empire des signes alors qu'il utilise une typologie du rapport entre le texte et l'image relativement analogue, en arrive à une tout autre conclusion.

https://www.youtube.com/watch?v=vaiXIADbA2Q

 

Je serais ravi que vous puissiez suivre cette chaîne de "critique de la séparation des critiques", un projet dont je ne connais pas encore la finalité, mais dont le point de départ m'a semblé nécessaire, et dont le chemin singulier tracera sa propre route.

 



Ce second épisode aborde la notion de la subjectivité concernant la tentative de la représentation du réel. En suivant Edward Saïd qui affirme qu'il n'existe aucun belvédère hors de la réalité des relations entre cultures, la dénomination ou de la figuration de ce que je croise dans mon quotidien, en vivant hors de l'Europe, me demande de nombreuses précautions par rapport à toutes prétentions d'objectivité.

 

 

 

Dans ce troisième épisode de "Critique de la Séparation des Critiques", je propose de suivre les analyses d'Edward Saïd dans son fameux livre L'orientalisme. Mais est-ce que ses puissants propos sont transposables sur ce qui est appelé "Extrême-Orient" ? La construction de la culture japonaise ne serait-elle pas quelque peu différente ?

 

palais des paris